Soirée-débat du 5 octobre à Aubervilliers : « Les ressorts de la radicalisation et de son traitement » avec Fethi BENSLAMA

Représenté

Nous avons le plaisir de vous annoncer une nouvelle date pour la soirée-débat sur le thème « Les ressorts de la radicalisation et son traitement »

Soirée – Débat « Fraternité, parlons-en ! »

organisée par l’Observatoire de la Fraternité en Seine-Saint-Denis

Mercredi 5 octobre 2016

20h-22h30

(accueil à partir de 19h45)

« Les ressorts de la radicalisation et de son traitement »

– Intervention de Fethi BENSLAMA, psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique, directeur de l’UFR d’études psychanalytiques à l’Université Paris Diderot.

– Débat

Dans les locaux des CEMEA, « Mouvement national d’éducation nouvelle »

65 rue des Cités,  à AUBERVILLIERS

Pour y aller :

Métro Ligne 7, station Aubervilliers-Pantin-4 Chemins
ou Bus : Ligne 150 ou 170, arrêt : rue des Cités

Merci de vous inscrire en répondant par retour de mail

adresse : obsfraternite93@gmail.com

 

— 

L’Observatoire recrute !

Représenté

Merci au Cemea d’avoir accepté de porter 3 missions de service civique pour nous aider à renforcer l’Observatoire.
 
Si vous vous sentez le cœur séquano-dionysien, que vous aimez bâtir des réseaux, que l’organisation d’événements de vous effraie pas, que vous aimez la photo, la vidéo ou encore pianoter sur un wordpress, alors ne cherchez plus !
 
L’Observatoire vous a trouvé, vous avez trouvé l’Observatoire 😉
 
Postulez ici à nos offres de services civiques, et à bientôt !

Considérer l’élève au-delà de sa confession

Représenté

Tribune parue dans Libération, le 19/09/2016

Par Anaïs Flores , Paul Guillibert Caroline Izambert , Florine Leplâtre et Jérôme Martin — 19 septembre 2016 à 18:01

Si Dieu surgit souvent dans leurs classes, ces professeurs de Seine-Saint-Denis rappellent la nécessité du dialogue et de ne pas se crisper sur les atteintes à la laïcité.

Au cours d’une sortie scolaire sur l’art au Moyen Age, Mamary et Idriss, élèves de 5e d’un collège du 93, ne veulent pas entrer dans la basilique Saint-Denis. L’un de nous est leur professeur, et parlemente avec les deux élèves pendant que le reste du groupe est déjà à l’intérieur avec un collègue. Leurs parents refuseraient qu’ils entrent dans un lieu de culte chrétien car ils sont musulmans. Leur famille a pourtant signé l’autorisation de sortie. Ils répliquent que leurs parents n’avaient pas compris de quoi il s’agissait.

Quand un miracle – laïque bien entendu – se produit. Une femme âgée portant le voile sort de l’édifice, comprend la situation, et interpelle les deux adolescents : la religion musulmane n’a jamais empêché d’entrer dans une église, et ils devraient se réjouir d’avoir la possibilité de découvrir de tels lieux grâce à l’école. Elle pique leur curiosité en décrivant la crypte et ses tombeaux royaux. Ils acceptent d’entrer, la sortie se passe pour le mieux, et il faut presser Idriss qui tient à prendre des photos des vitraux. Le soir même, l’enseignant appelle les familles : elles n’avaient effectivement pas compris l’objet de la sortie, mais n’ont aucune objection à ce que leurs enfants visitent une église dans le cadre scolaire. L’année suivante, une plaquette est éditée, détaillant le projet, et présentée lors de la réunion de rentrée. Aucun incident n’aura plus lieu.

Face au refus des élèves, aurait-il fallu hurler à l’atteinte à la laïcité, au renfermement communautaire, au refus de la culture de l’autre ? Non. Car la réaction de ces jeunes témoigne d’une méconnaissance de la séparation entre l’usage cultuel, celui des croyants, et l’usage culturel d’un lieu de culte. Or, la mission des enseignants est de faire comprendre cette distinction.

Dans nos classes surgissent des questions qui ont trait à la religion. Dieu a fait gagner le Real Madrid, a créé l’homme et permis d’avoir une bonne note. Quel est notre rôle en tant qu’enseignant ? Faire taire nos élèves ? La laïcité impose, comme il se doit, la neutralité aux personnels de l’Éducation nationale, mais n’interdit pas aux élèves d’exprimer un point de vue religieux. Les renvoyer à leur supposé obscurantisme et nous poser en seul détenteur de la vérité ? Quiconque a déjà dialogué avec un adolescent sait qu’il s’agit d’une impasse. Mais c’est également une confusion intellectuelle qui met sur le même plan discours religieux et discours scientifique. Ainsi, le créationnisme et le darwinisme ne sont pas deux théories alternatives de l’évolution du vivant : l’un est un récit d’inspiration religieuse, qui prend les habits de la science, l’autre est le produit d’une démarche scientifique, qui fait l’objet de discussions et qui se modifie selon l’avancée des recherches. Travailler cette distinction est l’enjeu de notre enseignement.

Il arrive que des élèves défendent des positions racistes, antisémites, homophobes, sexistes en classe, au nom de la religion. De tels propos se tiennent également dans les dîners de famille, les transports en commun et, bien sûr, les meetings politiques. Ils peuvent être tenus sans prendre pour justificatif une religion. Nos élèves en Seine-Saint-Denis, comme ailleurs, sont le produit de la société qui les a vus grandir. Jamais dans nos carrières nous n’avons vu de telles positions tenues dans l’indifférence : toujours dans les classes des voix s’élèvent contre ces prises de position et en récusent le bien-fondé religieux, politique et moral. A nous, professeurs, de nous appuyer sur ces discours de tolérance et de rappeler le cadre : la discrimination et la haine ne sont pas acceptables, quelles que soient les convictions religieuses de celui qui les porte. Et contre le fondamentalisme religieux, que faisons-nous alors ? Nous gardons la conviction que les projets contre le sexisme et l’homophobie, l’accompagnement des jeunes filles dans des projets d’orientation ambitieux et une éducation sexuelle de qualité seront toujours plus efficaces auprès des enfants et des adolescents que des éditoriaux hurlant au péril vert.

Soyons vigilants, dans la période difficile que nous traversons, à ne pas réduire nos élèves à leur seule appartenance religieuse réelle ou supposée. Derrière le refus d’une jeune fille d’aller à la piscine, y a-t-il toujours la volonté de se conformer à un dogme ? Ou est-ce simplement le désir de se protéger des moqueries de certains camarades et de ses complexes, produits des pressions sociales sur le corps des femmes ? Pour le savoir et permettre à l’élève de suivre sa scolarité, le dialogue est bien plus efficace que l’invocation désincarnée des grands principes et l’application aveugle de sanctions.

La laïcité doit rester le principe d’apaisement et de liberté pour tous et toutes qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être. Mais nous ne pourrons réussir si les responsables politiques et les éditorialistes continuent, par leurs propos et leurs décisions, à falsifier la laïcité, à stigmatiser nos élèves et à éloigner une partie des familles des écoles publiques. La loi de 2004 dite du voile à l’école est une loi de rupture avec les principes de 1882 et de 1905 défendus par Ferry ou Jaurès. Elle étend aux usagers du service public l’obligation de neutralité réservée à ses agents. En outre, elle obscurcit le principe de laïcité et, bien loin d’apaiser, multiplie les conflits en visant non seulement le voile, mais tout signe que l’on estime religieux : foulard, jupe, etc. Quant à la circulaire Chatel permettant d’écarter les mères voilées des sorties scolaires, elle menace notre bien le plus précieux : le lien avec les familles, où, malgré les difficultés économiques, les inégalités et le racisme, se construit quelque chose qui ressemble encore à une société. Contre les politiques d’exclusion et de stigmatisation qui dévoient la laïcité et dissimulent la réalité des inégalités sociales touchant la majorité des élèves à qui nous enseignons, renouons avec les principes de liberté, de non-stigmatisation, de dialogue et d’émancipation.

Anaïs Flores membre du Cercle des enseignants laïques , Paul Guillibert membre du Cercle des enseignants laïques , Caroline Izambert membre du Cercle des enseignants laïques , Florine Leplâtre membre du Cercle des enseignants laïques , Jérôme Martin (2) membre du Cercle des enseignants laïques

Le Cercle des enseignants laïques vient de publier Petit Manuel pour une laïcité apaisée,coécrit avec Jean Baubérot, éd. La Découverte.

Une nouvelle victime d’agression au sein de la communauté chinoise à Bobigny, la solidarité s’impose !

Représenté

Communiqué de presse de l’Observatoire de la Fraternité 93

Une nouvelle victime d’agression au sein de la communauté chinoise à Bobigny,

la solidarité s’impose !

Pantin, le 08/09/2016

Une nouvelle fois mercredi soir, un ressortissant chinois, commerçant à Aubervilliers, a été violemment agressé avec sa famille à son domicile à Bobigny, et a été victime d’un vol de 5000 euros.

Cette agression fait suite à une centaine d’attaques similaires enregistrées au commissariat d’Aubervilliers, visant la communauté chinoise, et notamment au meurtre du commerçant Zhang Chaolin le 7 août dernier.

Les membres du réseau de l’Observatoire de la Fraternité 93 assurent cette famille et l’ensemble de la communauté asiatique de leur solidarité.

Plus que jamais il est nécessaire de combattre les préjugés, le racisme et d’encourager toutes les initiatives de la société civile, petites et grandes, qui concourent au vivre-ensemble dans les valeurs de la République, Liberté, Égalité, Fraternité.

L’Observatoire de la Fraternité 93

mail : obsfraternite93@gmail.com

site internet : http//observatoirefraternite93.org

Facebook : Observatoire Fraternité 93

Pour tout contact : 07.78.81.36.51

Des nouvelles de l’Observatoire de la Fraternité de Montreuil

Représenté

L’Observatoire de la Fraternité de Montreuil agit pour que des gens de cultures différentes, de couches sociales, de religions diverses se côtoient, se rencontrent pour un meilleur vivre-ensemble.

Ses membres (association et individus) créent, participent, rendent lisibles et encouragent chaque action positive, chaque initiative fraternelle et solidaire.

C’est pourquoi nous serons présents à la fête organisée
par l’association Ghorassem de Montreuil à l’occasion de la fête de l’Aïd
le 18 septembre à partir de 14h à la Maison Ouverte au 17 rue Hoche à Montreuil

Une belle occasion pour faire vivre la fraternité, d’échanger dans la convivialité. Ce temps passé ensemble nous permettra de poursuivre notre réflexion et nos actions pour une fraternité.

Nous espérons vous y retrouver !

L’Observatoire de la Fraternité de Montreuil

Contact mail : fraternitemontreuil@yahoo.com

lien facebook : https://www.facebook.com/observatoirefraternite93.org/?ref=aymt_homepage_panel

sur Twitter : @fraternite93

flyer-obs-fraternité-montreuil

Été meurtrier : La Seine Saint Denis résiste à toutes les poussées de haine

Représenté

Nice, Rouen…. A l’occasion de chacun des événements tragiques de l’été, et bien au delà des réseaux militants, les habitants de notre département se sont mobilisés dans des actions discrètes mais déterminées. Toutes ont affirmé leur rejet du totalitarisme religieux criminel, leur volonté de vivre ensemble pacifiquement, le droit d’être différent dans le cadre d’un socle de valeurs partagées.

Parmi celles-ci la liberté religieuse et celle de ne pas croire, la liberté de s’habiller comme on l’entend, l’égalité absolue entre hommes et femmes. Chacun par exemple peut penser ce qu’il veut des injonctions et contraintes des religions en matière de vêtement ou de rapport au corps et comme féministe je n’en pense pas que du bien… Mais la volonté d’interdire d’une façon ou d’une autre telle ou telle tenue (Burkini ou minijupe) pour tout ou partie des femmes, montre à quel point d’aveuglement conduisent les amalgames, les généralisations hâtives ou la volonté d’imposer une police des mœurs et des corps dont nous ne voulons pas.

Mais la capacité à refuser la haine et le potentiel de générosité de nos concitoyens du 93 s’est également fortement manifestée à l’occasion de deux événements scandaleux qui ont touché notre département.

D’abord l’assassinat par des voyous d’une personne d’origine chinoise à Aubervilliers qui s’inscrit dans une trop longue suite d’agressions à forte connotation raciste.

Ensuite le scandaleux refus de servir des femmes voilées par un commerçant de Tremblay.

Dans les deux cas, tout en organisant les démonstrations de protestation parfaitement nécessaires et justifiées, les entourages et les personnes concernés ont su maîtriser leurs colères, engager les dialogues, isoler les extrémistes, décourager la tentation de représailles ou de vengeance.

La situation tendue que nous connaissons témoigne donc encore pour l’instant d’un certain équilibre entre les forces de paix et les forces de guerre civile sur nos territoires mais tout cela est instable et fragile.

C’est pourquoi par les temps qui courent, le pouvoirs publics devraient faire preuve de sagesse en évitant de réouvrir des moments de tension susceptibles d’attiser les haines. Totalement inhumaines, arbitraires et inopportunes sont ainsi les expulsions massives de roms comme ce fut le cas récemment à Montreuil.

C’est pourquoi aussi chacun doit redoubler d’efforts. Pour comprendre, analyser, débattre, dialoguer, unir, agir et résister.

A l’Observatoire nous prenons l’engagement solennel de poursuivre la dynamique fraternelle ouverte au printemps, de l’étendre à de nouveaux territoires et à de nouvelles catégories de populations.

Aline Archimbaud

Soirées – débats – Fraternité, parlons-en ! – LES RESSORTS DE LA RADICALISATION ET DE SON TRAITEMENT

Représenté

*************ATTENTION – CHANGEMENT DE DATE*********************

Ce débat est reporté en septembre – la date sera communiquée très prochainement 

**************************************************************

Fraternité, parlons-en !

organisée par l’Observatoire de la Fraternité en Seine-Saint-Denis

prévu initialement le Jeudi 7 juillet 2016

20h-22h30

« Les ressorts de la radicalisation et de son traitement »

– Intervention de Fethi BENSLAMA, psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique, directeur de l’UFR d’études psychanalytiques à l’Université Paris Diderot.

– Place au débat !

Dans les locaux des CEMEA, « Mouvement national d’éducation nouvelle », 65 rue des Cités,  à AUBERVILLIERS

Pour faciliter l’organisation de ce débat, veuillez indiquer dès que possible votre présence par mail à obsfraternite93@gmail.com

*Pour s'y rendre : 

Métro ligne 7 arrêt "Aubervilliers-Pantin-4 Chemins" ou 

Lignes 150 ou 170 arrêt Rue des cités

Beau succès pour le banquet de la Fraternité à Pantin

Représenté

Le 28 juin, l’association Nénuphar et la Plateforme de Paris ont accueillis dans leur locaux le premier Banquet de la fraternité à destination des pantinois.

Nous étions une cinquantaine de personnes, associations (ECOBUL, Femmes médiatrices, Association FIG, la LDH…) et élus (Madame Aline Archimbaud) venues des quatre coins de la ville.

Le thème de ce banquet étant la rupture du jeûne, Gérard Marle, prêtre à la Courneuve, Guy Balestier, pasteur de Pantin et Mehmet Erdem, salarié de la Plateforme de Paris et spécialiste des questions religieuses, ont ouvert la soirée avec une discussion sur les pratiques et les coutumes associées au jeûne dans les différentes cultures et religions.

Nous avons ensuite tous pu profiter des admirables talents de cuisinière des bénévoles de l’association Nénuphar. Au menu, beurek, humus, tsatsiki, gratin de courgette, viande grillé et riz à la turc, sans oublier les innombrables desserts rapportés par les participants !

Entre les différents plats, place à la musique et au jeu ! Les participants ont été invités à tester leurs connaissances à travers un quiz sur le thème du jeûne et à profiter d’un magnifique interlude mélodique, mêlant Oud et flûte.

Lors de cette soirée riche en échanges, une « boîte à idées » a circulé entre les tables. Le but étant de proposer des initiatives à l’Observatoire de la Fraternité ou des retours sur la soirée.

En voici quelques exemples :

« Faire un banquet dehors sur une place, pour que les passants puissent venir. »

« Constituer un groupe d’échange sur le lien fraternel et ses thématiques. Groupes mixtes animés par un professionnel extérieur. »

« Poursuivre les rencontres du vivre ensemble, qui sont de vrais espaces de dialogues et de fraternité ».

« Soirée réussie ! Si l’objectif est de permettre aux gens de se rencontrer, d’échanger et de lever les barrières, c’est un succès. »

« Organiser un grand rassemblement dans le département sur la Fraternité ».

Pour conclure, encore une merveilleuse soirée d’échange, la Fraternité a encore de beaux jours devant elle !

Et pour rappel, le prochain événement aura lieu jeudi 7 juillet prochain à Aubervilliers, une soirée débat « Fraternité, parlons-en » sur les ressorts de la radicalisation et de son traitement…pensez à vous inscrire sur obsfraternite93@gmail.com !
IMG_2730IMG_2721

IMG_20160628_21323820160628_212916

IMG_20160628_21324120160628_230408

Banquet de la fraternité Pantinois : La rupture du jeûne

Représenté

Suite au succès rencontré par les premiers banquets de la Fraternité, c’est au tour de Pantin de renouveler l’expérience !

Venez participer à ce banquet pour partager un moment d’échange et de convivialité !

A l’occasion du mois de ramadan les Pantinois organisent une rupture de jeûne. Celui-ci faisant partie intégrante de la pratique de nombreuses religions et de pratiques thérapeutiques, cette soirée sera suivie d’un débat sur le sens et les usages du jeûne ainsi que de son impact sur la vie sociale.

Pour cela, rendez vous dans les locaux de l’association Nénuphar et de la Plateforme de Paris, au 72 rue Victor Hugo 93500 Pantin, à partir de 21h00.

 

Venez nombreux !

Banquet de la Fraternité, Montreuil ouvre le bal !

Représenté

Le 3 juin, la Maison Ouverte de Montreuil a accueilli le tout premier ‪#‎BanquetFraternité‬ !

Vous étiez une quarantaine d’adultes et une dizaine d’enfants, Patrice Bessac, le Maire de Montreuil est passé en début de soirée.

L’idée était que chacun-e écrive sur des panneaux ce que la fraternité évoquait pour elle/lui, et quelles actions devraient être mises en place.

Ont été évoqués, l’envie de vivre ensemble, d’échanger, de confronter les points de vus, et surtout de savoir que sans les autres on n’est pas grand chose. Pour cela, il faudrait, voyager ensemble, danser sur des rythmes différents, s’inviter ou encore organiser un couscous géant !

Les montreuillois n’ont pas prévu de s’arrêter là… Affaire à suivre

Photos à venir !

Banquet de la fraternité à la Courneuve, une réussite !

Représenté

La fraternité ne se décrète pas !

Comme nous le savons, elle s’inscrit dans une histoire et dans un lieu. Ce mardi 25 mai et ce jeudi 2 juin 2016, nous sommes à la Courneuve, devant une chapelle catholique, située dans ce qui fut la cité des 4000 logements. Celle-ci a été totalement réhabilitée et pour l’essentiel, par des jeunes, employés par le « chantier d’insertion » Jade, et l’entreprise d’insertion APIJ. Le chantier a duré près de quatre mois. Il y eut donc une réelle confiance mutuelle. Puis il a bien fallu « l’inaugurer » par une soirée où sont venus l’évêque, le maire et quelques élus, les principaux responsables locaux musulmans et protestants – le rabbin s’est excusé, retenu par une fête juive : accueil puis présentation des travaux, puisque la chapelle a été construite en 1966, chacune des communautés religieuses a évoqué les cinquante années d’histoire de leur propre communauté, le maire ayant pris le temps de raconter les changements survenus dans les cité des 4000 durant ces années. Avant le gâteau d’anniversaire, il y eut la décision prise ensemble de se retrouver huit jours plus tard ensemble, pour un pique nique de la fraternité. 

Ce que nous avons fait, malgré un temps pas du tout favorable. Nous étions une centaine à l’inauguration, nous nous sommes retrouvés une bonne quarantaine huit jours plus tard, chacun notre pique-nique, ce qui réglait la question des interdis alimentaires. Nous avons pu partager fruits, gâteaux, boissons et poulets halal – à la Courneuve il n’est pas difficile de s’en procurer ! 

Nous avons occupé l’espace public, la place, le « dehors », proche de la place de la fraternité. Ce furent deux moments différents, un temps de paroles préparées et un autre, plus spontané et peut être plus chaleureux. Qui annonce un autre temps proche, d’une tonalité encore différente, à savoir une invitation à une rupture du jeûne.

L’Observatoire a bien raison lorsqu’il nous convie à manger ensemble. Il soutient ainsi une intuition très ancienne, celle que le repas construit la fraternité.

 

20160602_194751_resized_120160602_195052_resized_1

Montreuil ouvre le bal

Représenté

Vendredi 3 juin,

Montreuil ouvre le bal en organisant le premier banquet de la fraternité !

Si plusieurs associations et acteurs montreuillois ont signé l’appel initial, nous savons que le vivier des acteurs déjà impliqués dans des actions porteuses de fraternité est immense à Montreuil et que la création d’un réseau local de l’Observatoire permettra de mieux les identifier et surtout de rendre visibles toutes les initiatives de terrain.

Le banquet du 3 juin sera l’occasion de présenter l’Observatoire, d’échanger les constats et les pratiques et de commencer à penser la dynamique collective de ce réseau !

Venez nombreux, et partageons ce repas façon auberge espagnole, chacun apporte quelque chose à manger et de quoi boire un verre !

 

Lien vers l’événement facebook : https://www.facebook.com/events/1076928815700770/ Banquet Montreuil

 

Rdv à 19h30 à la Maison Ouverte au 17 rue Hoche.

Appel aux forces vives – Banquets de la fraternité

Représenté

Appel aux forces vives !
 
L’Observatoire Fraternité va organiser durant le mois de juin des banquets de la fraternité dans toute la Seine-Saint-Denis !
 
Si vous êtes de Montreuil, La Courneuve, Saint Denis, Aubervilliers, Bagnolet, Montfermeil, Pantin, Stains, apportez votre énergie pour nous aider à conduire ces projets, et surtout pour venir célébrer les valeurs du vivre ensemble !

Soirées-débats Fraternité 93 – « LA LAÏCITÉ : COMMENT LA FAIRE VIVRE AUJOURD’HUI ? »

Représenté

Soirées-débats Fraternité 93

Prochaine rencontre : « LA LAÏCITÉ : COMMENT LA FAIRE VIVRE AUJOURD’HUI ? »

Jeudi 2 juin à 20h

A la Mairie de Bondy
(Grand salon – 3e étage)
Esplanade Claude-Fuzier*

Accueil à partir de 19h45


Mot d’accueil de Sylvine Thomassin, Maire de Bondy


Interventions de :

Didier Leschi, ancien Chef du bureau central des cultes du Ministère de l’Intérieur, Directeur général de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration et co-rédacteur avec Régis Debray du « Guide pratique de la laïcité » (Folio-Gallimard)

Nadia Merakchi, Présidente de la Fédération des Centres sociaux de Seine-Saint-Denis

Pour faciliter l’organisation de ce débat, veuillez indiquer dès que possible votre présence par mail à contact@observatoirefraternite93.org

*Pour s'y rendre : RER E, arrêt Bondy (gare) puis, au choix : 
- à 10 min à pied de la Gare de Bondy
- Bus 616, en direction d'Aulnay-sous-Bois
- Bus 303, en direction de Bobigny
- Bus 346, en direction de Blanc-Mesnil 

Le banquet de la Fraternité des 93

Représenté

Le premier banquet des signataires de l’appel a réuni au Relais de Pantin ce mercredi plus de cent dix convives, venus de vingt trois villes du département et représentant plus de 60 associations, groupements ou communautés.  Plusieurs élus (d’origines politiques différentes) par exemple les maires de Bondy, ou Sevran, et des élus de Plaine Commune étaient également présents ou représentés.

Organisation impeccable, atmosphère fraternelle autour des cuisines et des musiques du monde et aussi des danses roms. Les participants ont échangé par petites tables et par post-it, des contacts ont été pris par ville – au moins sept  réseaux locaux vont se mettre en place dans les semaines qui viennent – chacun s’est réparti dans l’un des six groupes de travail correspondant aux projets du réseau.*

Au total, après la réussite de la conférence de presse de la semaine dernière, un moment convivial qui a confirmé l’envie d’entreprendre ensemble, de sortir de l’isolement pour faire entendre une voix forte, pour construire contre toutes les formes de totalitarisme une dynamique civique libre, indépendante et pluraliste.

Soyez les bienvenus, prenez contact, nous avons besoin de tous les talents et de toutes les bonnes idées !

L’équipe du site

*Communication et initiatives/Site Internet et civic-tech/ Service civique et ambassadeurs de la fraternité / Réseaux locaux /Idées et débats/ Logistique et financement

 

Manifeste de la Fraternité

Représenté

Après l’Appel pour la création d’un Observatoire de la Fraternité en Seine-Saint-Denis qui a rassemblé plus d’une centaine de signataires, ce Manifeste a vocation a recevoir un large soutien auprès du public et sera traduit dans de nombreuses langues.


Mercredi 6 avril 2016

Manifeste pour la fraternité 

À l’Appel des « 93 »

Nous, habitants ou salariés en Seine Saint Denis,

Profondément choqués par les attentats de l’année 2015 et redoutant ceux qui pourraient advenir,

Inquiets de la défiance, de l’angoisse et de la division qui gagnent les esprits,

Mais confiants dans le courage, l’esprit d’initiative et l’aspiration de nos concitoyens à plus de solidarité, de paix et de dialogue,

Nous nous engageons, chacun et chacune, en fonction de nos possibilités :

– À agir pacifiquement contre toutes les formes d’extrémisme qui prônent la violence, séparent et opposent les catégories d’habitants et portent atteinte à nos valeurs démocratiques.

– À venir en aide aux personnes victimes de persécution, quels que soient leurs origines ou les prétextes utilisés pour les persécuter

– À contribuer à résoudre les conflits, qui naissent des inégalités, de l’ignorance, de la pauvreté ou de la solitude.

Nous soutenons toutes les formes de rencontres et de partage permettant d’éviter les oppositions entre les générations, les communautés, les quartiers.

Nous appelons nos concitoyens, et notamment les jeunes, à faire vivre leur désir de connaissance mutuelle, d’entraide et de fraternité.

Nous ferons connaître toute initiative favorisant le dialogue, la solidarité et la construction d’une société plus juste, à l’échelle de nos quartiers, de nos villes, du département ou plus largement.

Nous les invitons à participer aux actions du réseau (et de l’observatoire) de la fraternité et à les faire connaître sur leurs lieux d’habitation et de travail.

Ensemble, nous nous engageons à faire vivre la devise de la République « Liberté, Égalité, Fraternité »

NOM VILLE COORDONNEES

 SIGNATURE

Revue de presse – Observatoire de la Fraternité de Seine-Saint-Denis

Représenté

LIENS

Seine-Saint-Denis : un Observatoire de la Fraternité lancé pour lutter contre les stigmatisations (Zaman France)  –  06/04/2016  – Sara Douza  – Accéder à l’article sur ce lien

L’appel à la fraternité d’élus et d’associations du 93 (Le Parisien 93)  – 06/04/2016  – Jean-Gabriel Bontinck  – Accéder à l’article sur ce lien

Un Observatoire de la fraternité en Seine-Saint-Denis (Politis)  – 06/04/2016  – Ingrid Merckx  – Accéder à l’article sur ce lien

Après les attentats, un « Observatoire de la Fraternité » en Seine-Saint-Denis (France Bleu 107.1)  – 06/04/2016  – Rémi Brancato  – Accéder à l’article sur ce lien

Journal de 9h de France Inter 07/04/2016  – Claire Chaudière  – Accéder à l’article sur ce lien (repère 4’20)

La Seine-Saint-Denis mise sur la fraternité (L’humanité.fr)  – 08/04/2016  – Alexandre Fache  – Accéder à l’article sur ce lien

Appel pour la création d’un Observatoire de la Fraternité en Seine-Saint-Denis

Appel pour la création d’un Observatoire de la Fraternité en Seine-Saint-Denis

Comme la France entière, les habitants de notre département ont été stupéfaits et horrifiés par les attentats successifs de l’année 2015, commis au nom d’une vision dévoyée et totalitaire de l’Islam.

Quelques mois après, et alors que la reproduction de tels crimes de masse reste possible sur notre sol, nous refusons les objectifs qui correspondent à la stratégie de leurs initiateurs : provoquer des réactions violentes, saper la démocratie et le vivre ensemble, s’appuyer sur des fractures qui traversent nos villes trop souvent délaissées, séparer la société française en catégories de populations et de territoires hostiles les uns aux autres.

Nous refusons l’engrenage infernal qui à partir des attentats conduit à la stigmatisation et à la haine et pousse à la peur et au repli de chacun sur soi-même.

Lire la suite →