Été meurtrier : La Seine Saint Denis résiste à toutes les poussées de haine

Nice, Rouen…. A l’occasion de chacun des événements tragiques de l’été, et bien au delà des réseaux militants, les habitants de notre département se sont mobilisés dans des actions discrètes mais déterminées. Toutes ont affirmé leur rejet du totalitarisme religieux criminel, leur volonté de vivre ensemble pacifiquement, le droit d’être différent dans le cadre d’un socle de valeurs partagées.

Parmi celles-ci la liberté religieuse et celle de ne pas croire, la liberté de s’habiller comme on l’entend, l’égalité absolue entre hommes et femmes. Chacun par exemple peut penser ce qu’il veut des injonctions et contraintes des religions en matière de vêtement ou de rapport au corps et comme féministe je n’en pense pas que du bien… Mais la volonté d’interdire d’une façon ou d’une autre telle ou telle tenue (Burkini ou minijupe) pour tout ou partie des femmes, montre à quel point d’aveuglement conduisent les amalgames, les généralisations hâtives ou la volonté d’imposer une police des mœurs et des corps dont nous ne voulons pas.

Mais la capacité à refuser la haine et le potentiel de générosité de nos concitoyens du 93 s’est également fortement manifestée à l’occasion de deux événements scandaleux qui ont touché notre département.

D’abord l’assassinat par des voyous d’une personne d’origine chinoise à Aubervilliers qui s’inscrit dans une trop longue suite d’agressions à forte connotation raciste.

Ensuite le scandaleux refus de servir des femmes voilées par un commerçant de Tremblay.

Dans les deux cas, tout en organisant les démonstrations de protestation parfaitement nécessaires et justifiées, les entourages et les personnes concernés ont su maîtriser leurs colères, engager les dialogues, isoler les extrémistes, décourager la tentation de représailles ou de vengeance.

La situation tendue que nous connaissons témoigne donc encore pour l’instant d’un certain équilibre entre les forces de paix et les forces de guerre civile sur nos territoires mais tout cela est instable et fragile.

C’est pourquoi par les temps qui courent, le pouvoirs publics devraient faire preuve de sagesse en évitant de réouvrir des moments de tension susceptibles d’attiser les haines. Totalement inhumaines, arbitraires et inopportunes sont ainsi les expulsions massives de roms comme ce fut le cas récemment à Montreuil.

C’est pourquoi aussi chacun doit redoubler d’efforts. Pour comprendre, analyser, débattre, dialoguer, unir, agir et résister.

A l’Observatoire nous prenons l’engagement solennel de poursuivre la dynamique fraternelle ouverte au printemps, de l’étendre à de nouveaux territoires et à de nouvelles catégories de populations.

Aline Archimbaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *