Une excellente tribune de Mehdi Bouteghmès et Ruis Wanf « Agressions anti-asiatiques : une paix à construire sur le terrain »

Le 3 septembre 2016 Libération a publié une tribune d’un des membres fondateurs de l’Observatoire de la fraternité, Mehdi Bouteghmès, militant associatif à la Courneuve et Rui Wang, président de l’Association des jeunes Chinois de France

La voici

Suite à la mort de Chaolin Zhang à Aubervilliers de suites d’une agression, une grande manifestation aura lieu dimanche 4 septembre place de la République à Paris, de 14h à 17h. Pour Rui Wang, Président de l’Association des Jeunes Chinois de France, et Mehdi Bouteghmès, militant associatif, si l’initiative est positive, ce n’est qu’avec des actions concrètes, quotidiennes et collectives dans les quartiers touchés par les violences que la solidarité se consolidera. C’est ce qu’ils ont décidé d’initier.

C’est depuis des mois que les agressions à l’encontre d’habitants franco-chinois ou chinois dans plusieurs villes de Seine Saint Denis, dont Aubervilliers, La Courneuve, Saint-Denis, prennent des formes violentes dans l’indifférence généralisée. «Les chinois restent entre eux» se dit-on pour se désengager, c’est dire qu’ils n’ont qu’à s’organiser pour leur propre protection. Mais cette logique a prouvé ses limites. Que ce soient les rondes de sécurité communautaires, les appels à plus de police, ou des caméras de sécurité au niveau municipal, rien n’aura évité des affrontements violents avec coups de feu à La Courneuve, et un mort à Aubervilliers en l’espace d’un seul été.

On peut dénoncer l’inefficacité des autorités et des élus, ou encore le racisme intercommunautaire et les préjugés à l’encontre des asiatiques véhiculés dans les médias. C’est même essentiel et urgent. Mais cela ne suffira pas à mettre un terme aux agressions des asiatiques dans nos quartiers. Parce qu’un ingrédient essentiel manque: la solidarité entre les habitants d’un même territoire, résultat d’un seul véritable travail de terrain pour créer du lien entre les asiatiques et les autres habitants, qui y coexistent seulement aujourd’hui.

Pour nous, cela passe par s’impliquer ensemble dans des activités de soutien scolaire, de formation, d’activités culturelles. Se pencher ensemble sur les enjeux pour nos écoles, notre éclairage et l’allocation des fonds dédiés à la jeunesse. Se battre ensemble pour l’état de nos immeubles, de nos infrastructures, de nos moyens de transport.

C’est pour cela qu’en cette rentrée, l’Association des Jeunes Chinois de France (AJCF) et l’association AB s’aider travailleront ensemble, et avec toutes les associations locales qui le souhaitent, à développer des activités répondant aux besoins des courneuviens et albertivillariens de toutes origines, de toutes générations, de toutes nationalités. Au-delà des postures morales et des dénonciations du symptôme d’un mal vivre généralisé dans nos quartiers, nous ferons plus que vivre ensemble: nous ferons ensemble.

Cet été nous a montré à quel point la situation nationale est critique, et que nous ne pouvons plus attendre. La solution commence par nous-mêmes, et par s’occuper de nos voisins et de notre territoire, parce que, qu’on l’ait choisi ou non, on y vit ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *