Portrait de Guy Balestier

Portrait de Guy Balestier

Pasteur

Pantin

 

GUY BALESTIER

Quand et comment avez-vous connu l’Observatoire de la Fraternité ?

Je pense avoir reçu un message comme toutes les Eglises du département. C’est une bonne chose car c’est l’une des premières fois que la laïcité est utilisé au sens noble du terme. On est dans l’Observatoire qu’on soit religieux ou laïque. Je connais l’Observatoire depuis sa création.  

 

Pour quelles raisons avez-vous décidé de faire partie des signataires ?

L’une des principales visées de notre paroisse était de faire vivre la Fraternité entre tous les paroissiens. Car c’est un élément fort la fraternité il faut qu’on la vive. Dans les Eglise il y a déjà une sorte de fraternité car nous sommes tous frères et sœurs en Christ mais il fallait la vivre aussi dans les endroits où il n’y en a pas. Du moins dans des endroits où elle n’est pas visible.

 

Qu’est-ce que ce réseau représente-t-il pour vous 

C’est un réseau qui donne de l’espoir. La fraternité est facile et en même temps difficile à vivre. Tout le monde doit s’entraider pour pouvoir vivre cette fraternité. Jésus nous invite à être frères en humanité. La fraternité est donc complétement en accord avec ce qu’on veut vivre et ce qu’on veut promouvoir dans notre Eglise. Il faut qu’on se mette ensemble pour vivre la fraternité, être ensemble est une chose très importante pour moi c’est aussi une raison pour laquelle j’ai choisi de soutenir le réseau.

 

Depuis que vous connaissez l’observatoire de la fraternité, avez-vous une nouvelle vision du concept du vivre ensemble dans le 93 ?

Non je n’ai pas de nouvelle vision du vivre ensemble. Mais j’ai rencontré de nouvelles personnes et j’ai tissé un lien fraternel avec elles. La différence est une richesse avec laquelle on peut vivre la fraternité.

 

Vous sentez-vous personnellement concerné par la question de la fraternité en Seine-Saint-Denis ?

Oui, dès le départ dans mon Eglise et aussi partout avec toutes les autres religions. Cinq communautés utilisent les locaux de l’Eglise depuis qu’il y a cet esprit de fraternité l’organisation est de plus en plus facile.

 

Pensez-vous que ce sujet est assez abordé dans le milieu politique et médiatique ?

Très peu, mais prenons l’exemple des élections présidentielles certains candidats sont plus fraternels que d’autres dans leur discours. Dans cette devise française la fraternité est quelque chose d’humain qu’on ne peut juger. Comparer à la liberté et à l’égalité. On ne peut pas reprocher à une personne de ne pas être assez fraternelle. C’est quelque chose qu’il faut vivre, c’est un engagement.

 

Quelles sont vos valeurs et les causes que vous défendez ?

Je défends l’humain en général qui est souvent utiliser comme une matière, le partage, l’échange et l’ouverture à l’autre. Je suis contre la non-violence, le racisme et le sexisme. Je défends bien évidemment cette valeur de la fraternité qui est aussi pour moi en lien avec la non-violence. faire confiance aux autres. C’est le lien fraternel humain qui nous unis.


Quelques mots sur votre Eglise.

Dans mon Eglise il y a des femmes pasteurs tout le monde est égaux, il y a des riches et des pauvres. C’est une Eglise multiculturelle, ouverte à tous et très accueillante. On a voulu faire en sorte que l’Eglise soit un endroit où tout le monde peut y être accueilli malgré les différence et que le plus important soit la fraternité.

 

Avez-vous déjà participé à un/des événements organisé(s) par l’Observatoire de la Fraternité ?

Oui à plusieurs, notamment aux banquets, aux débats, aux rencontres …

 

Qu’en avez-vous pensé ?

Ça a été des évènements très intéressants, surtout la projection-débat du documentaire sous la capuche il y avait beaucoup de jeunes. Une jeune fille a témoigné sur son père qui est policier et c’est dans ça qu’on retrouve l’Observatoire. Comment elle essaye de construire un rapport positif avec celui contre lequel je suis. Parce que les rapports entre jeunes et policiers sont très tendus. L’Observatoire est un lieu où l’on travaille toutes ces questions, plus il grandira plus amènera de fraternité dans le 93 et même au-delà.

 

Avez-vous des idées d’actions, d’interventions et/ou de débats à nous faire part ?

J’aimerai faire de l’interreligieux, aujourd’hui l’une de difficultés c’est le fait que les gens qui ont une religion ne soient pas souvent dans une relation fraternelle. Et on peut passer par là pour amener de la fraternité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *